Mon « rôle » d’éducateur canin, ce n’est pas de venir chez vous pour vous apprendre à donner des ordres à votre chien dans le but de régler des problèmes de comportement. Je me dois d’analyser et d’appréhender les binômes humains/chiens dans leur ensemble : d’avoir une vision « globale ».

Mon rôle, c’est plutôt d’amener une meilleure compréhension mutuelle, une cohabitation harmonieuse, qui prend en compte les besoins du chien et la vie familiale, d’engendrer une coopération pour enrichir de belles relations et ça, ça ne passe pas par le sempiternel « résultat » d’obéissance. Cela peut déconcerter, freiner, voir même rebuter, mais c’est de cette façon que j’envisage les liens qui nous unissent à nos chiens.

Aujourd’hui, je viens parler d’un facteur qui peut réellement impacter le comportement des chiens : les douleurs/gênes physiques.

Elles peuvent être musculaires, internes, cela peut-être une simple gêne qui devient chronique ou un blocage avec lequel l’animal parvient à vivre, mais qui reste là, en permanence.

Appréhender les « problèmes de comportement » des chiens dans leur globalité, c’est donc aussi s’assurer que le chien qui se trouve en face de moi se sente bien dans ses pattes. Parce que si on est « tout bloqué », qu’on est pas à l’aise dans son corps, on l’est souvent encore moins dans sa tête !

Et la majorité de ces « blocages » et bien il est souvent impossible de les constater à l’œil nu ! On peut remarquer une boiterie, une démarche, mais des tensions internes, des « verrouillages », ça, à moins d’avoir la vision laser de superman, on passe souvent à côté !

C’est là qu’intervient l’ostéopathe. Cette semaine, j’ai pris la décision de la faire intervenir pour Toopsy, un jeune berger allemand de 2 ans. Anxieux, stressé, des émotions qui débordent, ajouté à peu de confiance en lui (en général ça va avec…), il m’a semblé essentiel de faire un check up physique pour pouvoir ensuite « travailler  » avec un chien plus réceptif.

Parce que oui, je peux mettre un protocole en place, demander des aménagements, etc… pour travailler sur ces problèmes de comportement, mais si au fond, Toopsy reste « bloqué » de l’intérieur (physiquement j’entends) et bien je pédale un peu dans la semoule

Il s’avère qu’il était effectivement complètement verrouillé au niveau du sternum. Directement lié au diaphragme, ce blocage peut avoir une incidence direct sur la respiration, la sensation « d’oppression », des contractures musculaires… Pleins de signes liés eux aussi au stress.

Toopy dans le coffre de sa voiture, équipé d'une rampe.
Toopsy a aussi une voiture équipée d’une rampe pour éviter les sauts depuis le coffre 😉
Voir le précédent article à ce sujet : « En voiture Simone » !

Cette séance n’aura peut-être pas d’effets miraculeux en soi, par contre, elle permettra à Toopsy de se réapproprier son corps, de se sentir mieux dans ses pattes, de mieux maîtriser sa respiration et tout ce qui en découle pour être finalement plus réceptif à ce qui l’entoure. Maintenant on peut « travailler » !

PS : La séance ostéo n’est pas quelque chose que je demande systématiquement à mes clients, même si c’est quelque chose que je peux recommander à tous les propriétaires de chiens, toujours dans cet optique d’améliorer leur bien-être.

Comme dans beaucoup de corps de métiers, différentes « méthodes » existent en ostéopathie. J’affectionne particulièrement une approche en tissulaire, qui permet d’accomplir un vrai travail de fond, efficace sur la durée. N’hésitez pas à consulter, vous renseigner, pour trouver le professionnel qui saura soulager les maux de vos p’tites truffes !

Laisser un commentaire